mercredi 16 janvier 2013

Casse-toi cupules

Préambule: je ne m'excuserai pas du jeu de mots minable qu'est le titre de ce billet. Déjà, je fais ce que je veux chez moi, ensuite ça laisserait supposer une promesse de ne pas recommencer, et je n'ai aucune intention de la tenir.

Donc. Les pierres à cupules.

Les pierres à cupules sont des rochers dans lesquels, un peu partout dans le monde, la main de l'homme a creusé des cupules, c'est-à-dire des dépressions circulaires (une cupule est, littéralement, une petite coupe). Dans les vallées glaciaires, il s'agit le plus souvent de blocs erratiques. Ailleurs, on trouve des cupules sur des affleurements rocheux, des stèles ou encore des menhirs. Certaines sont rudimentaires, d'autres sont reliées entre elles par des rigoles et forment tout un réseau de cascades. La pierre aux écuelles, à Mont-la-Ville, est tout à fait remarquable à ce titre. En Galice, les cupules sont parfois entourées de cercles concentriques. Une variante plutôt choupinou consistait à creuser des empreintes de pieds dans la roche.
Une pierre à cupules toute simple
Une très belle pierre à Louro, en Galice.
video

Une pierre à empreintes

En Europe, la plupart des pierres à cupules datent du Néolithique mais certaines sont attribuées à l'âge du bronze ou du fer.

Mais pourquoi donc?

Bonne question. La réponse est: on n'en sait rien. La théorie la plus courante est qu'il s'agissait de lieux de culte et que les cupules servaient à des libations. Seulement voilà, l'argument "c'est religieux", c'est un peu le joker archéologique que l'on sort quand on n'a pas d'autre explication (c'est pas très bavard, une pierre à cupules). Il y a néanmoins quelques sources écrites pour appuyer cette théorie: au premier concile de Nantes en 658, Clotaire III s'émeut que des paysans se rendent près des menhirs pour y pratiquer un restant de culte païen. Plus récemment, une pierre à cupules a été découverte sous l'église de Corsier dans le canton de Genève. Or, l'Église a amplement pratiqué la récupération de fêtes et de lieux de cultes païens quand elle ne pouvait pas y mettre fin.

Mais pourquoi cet intérêt pour des cailloux dont on ne sait rien à part qu'il existent?

Comme ça. Pour le fun. Par amour de l'inutile. Parce que c'est un patrimoine encore peu documenté. Parce qu'il s'agit de vestiges archéologiques accessibles à tout le monde, tout le temps. Parce que c'est l'occasion de balades en forêt. Parce que ça m'amuse d'imaginer que des humains s'y rassemblaient déjà il y a 5000 ans. Parce que connaissant les outils qu'ils avaient à disposition, ça m'en bouche un coin. Parce que.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...